Se découvrir et se connaître de l’intérieur

Si tu es de passage ici, c’est sans doute que tu aspires à un meilleur Mieux-être corps / esprit, que tu ressens simplement l’envie d’avancer, de te découvrir de l’intérieur, exprimer davantage « qui tu es », ta créativité ou encore « reconnecter avec toi-même ». On a parfois besoin d’un intermédiaire, un coup de pouce dans notre vie, un éclairage, pour accéder à nos clés intérieures et nous réaliser concrètement dans nos projets et nos relations.

C’est là, que je me présente à toi, pour t’accompagner à travers la méditation guidée, les « soins énergétiques/de guidance », le coaching de vie PNL ou encore la peinture intuitive et les Cercles de Femmes méditatifs, créatifs et intuitifs. L’idée est de mettre à ta disposition ma sensibilité, des outils et un cadre pour te mener là où tu as envie d’être, réaliser ce que tu as envie de faire et révéler/devenir qui tu es. Il arrive qu’on ne sache pas par où commencer ou comment continuer à avancer, il se peut que ça commence ou continue ici 😉 Belle visite et au plaisir de te rencontrer. Avec cœur et douceur. Sandrine alias Myriadinspiration

Mon histoire en bref ?

Elle se forge depuis une cité bétonnée, s’enracine dans les épreuves, se disperse d’abord dans le rythme effréné de Paris et le monde du webmarketing. Puis elle change de couleurs lors de voyages & rencontres, et se joue aujourd’hui au cœur de la Nature, et près du Cœur. La suite ?

Cette autre histoire : peut-être un peu aussi…la tienne. 1 minute pour le savoir…

– La Terre. : Oui, je suis là. Qu’y-a-t-il ? Ça n’a pas l’air d’aller…La dernière fois que je t’ai vu(e), tu étais si petit(e)…j’attendais patiemment de te retrouver.
– Un(e) Inconnu(e). : Non, ça va. Rien de grave. Simplement un peu fatigué(e) entre le travail et le reste. 
– T. : Je vois…alors s’il n’y a rien…
– I. : Non, attends. J’ai du mal à mettre des mots. Je ne me sens pas en phase avec moi-même. Plus ça va, plus je me sens “bloqué(e)” ou perdu(e). Parfois je ne comprends pas ce qui m’arrive, il en faut peu pour m’énerver ou me mettre à pleurer…je ne suis pas en paix.
– T. : Je comprends. Te souviens-tu de moi quand nous jouions ensemble, quand tu étais petit(e) ?
– I. : Pas vraiment, mais je ne vois pas le rapport !
– T. : Alors qu’as-tu appris depuis ? Qui es-tu devenu(e) ?
– I. : Je ne vois pas toujours pas le rapport. J’ai fait des études, j’ai un travail, une famille.
– T. : Je t’ai demandé, qui tu ES ?